Menu

Architectes associés

Image Responsive

Christophe Batard

Christophe Batard est architecte D.P.L.G. depuis 2000 et architecte en chef des Monuments historiques depuis 2004. De 2002 à 2004, il est Architecte des bâtiments de France dans l’Oise. Devenu architecte en chef des Monuments historiques, il est nommé dans la Manche et les Côtes d’Armor où il conduit notamment les études et chantiers des cathédrales de Saint-Brieuc et de Coutances. De 2010 à 2015, il est chargé du 4e arrondissement de Paris où il dirige la restauration de la bibliothèque de l’Arsenal et la restauration et l’aménagement du Mémorial des Martyrs de la Déportation.

Depuis 2016, il est chargé du Maine-et-Loire, avec la cathédrale et le château d’Angers et l’abbaye Royale de Fontevraud, du château de Vincennes et du Domaine national de Rambouillet. Attaché à la thématique de la reconversion du patrimoine bâti, il conduit actuellement divers projets : le Musée de la Donation Cligman dans l’abbaye de Fontevraud, le Musée des Capucins à Coulommiers, la reconversion de l’ancienne prison de Guingamp en centre culturel et de photographie. Dans ce sens, il a mener la restauration de l’ancien hôpital Richaud à Versailles. Il conduit par ailleurs actuellement le chantier de relogement du musée de la Libération de la Ville de Paris dans les octrois d’Enfer à Paris.

Christophe Bottineau

Christophe Bottineau devient architecte en 1993, alors qu’il poursuit des études d’histoire de l’art à la Sorbonne et à l’Ecole du Louvre. En 1997, il est diplômé du Centre des hautes études de Chaillot et reçu au concours des architectes en chef des Monuments historiques en 2001. Il est alors chargé des départements de la Moselle, de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort.

Aujourd’hui, il est en charge des 1er et 4e arrondissements de Paris et de l’Hôtel de la Marine, sur la place de la Concorde. Christophe Bottineau a travaillé à la restauration du château du Haut-Koenigsbourg, de la Bibliothèque universitaire et du Palais du Rhin à Strasbourg, de nombreuses églises à Metz ou à Strasbourg, ainsi qu’à la conservation comme lieu de mémoire du camp de Natzwiller-Struthof. A Paris, il restaure et valorise des édifices aussi prestigieux que le Palais Royal (Conseil d’Etat, Conseil constitutionnel, Ministère de la Culture, Comédie Française), le Palais de Justice, la Sainte-Chapelle, la Place Vendôme avec le ministère de la Justice ou les hôtels d’Aumont et de Sully. Christophe Bottineau travaille également avec des propriétaires privés de Monuments historiques, oeuvrant ainsi à Paris à l'hôtel de Bourrienne ou à l'hôtel de Broglie.

 

 

Frédéric Didier

Frédéric Didier est architecte et diplômé du Centre des hautes études de Chaillot depuis 1985. Poursuivant un cursus à l’Ecole du Louvre, il se consacre durant trois années à la thématique « Architecture et décor des grandes demeures ». En 1987, il est reçu au concours des architectes en chef des Monuments historiques. Il est chargé de la Côte-d’Or puis des Deux-Sèvres.
A ce jour, il reste en charge de la Saône-et-Loire (abbaye de Cluny), de la ville et du château de Versailles. Là, il a assuré la responsabilité des chantiers de restauration des façades et toitures, des décors de la galerie des Glaces, des salons de Mercure et de l’Abondance et de la remise en place de la grille royale.
Frédéric Didier mène également de nombreux projets issus d’appels d’offres publics. Il travaille ainsi sur la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay, sur les peintures murales de l’église romane d’Anzy-le-Duc ou à la restauration du château d'Asnières et du Pavillon des Indes de Courbevoie. De même, il conduit des opérations pour des maîtrises d’ouvrage privées, avec l’aménagement du domaine du Montcel, à Jouy-en-Josas, des prisons Saint-Paul et Saint-Joseph, à Lyon, ou la restauration du château de Montmoyen, en Côte d’Or.

 

 

Jacques Moulin

Jacques Moulin est architecte depuis 1981. Passé par la Sorbonne et l’Ecole du Louvre, il obtient son diplôme du Centre des hautes études de Chaillot en 1983. L’année suivante, il est reçu au concours des architectes en chef des Monuments historiques. Il alors est chargé des départements de la Seine-et-Marne puis du Loiret.

Aujourd’hui, il reste architecte en chef de Seine-et-Marne, de Seine-Saint-Denis et du Domaine national de Versailles où il a récemment restauré le Hameau de la Reine. A Paris, il est en charge de l’Ecole militaire, de la Manufacture nationale des Gobelins et du Mobilier national.

En 1998, Jacques Moulin conçoit le chantier expérimental du château fort de Guédelon, qui obtient le prix européen du tourisme en 2000 et le prix européen d'architecture Philippe Rotthier en 2005. Grâce à un travail régulier avec les élus, ses restaurations à ProvinsBlandy-les-ToursChâteau-Landon ou Chamerolles ont permis à des sites méconnus d’atteindre un véritable développement économique et culturel. Dans le même sens, il se consacre actuellement au château de Hautefort, à la basilique Saint-Denis, à la Maison du peuple à Clichy, au Parc de Sceaux et à de nombreux chantiers privés.

Jacques Moulin est administrateur de la Société française d’archéologie et de la Fondation Saint-Louis, et auteur de nombreuses publications.